Compte-rendu évènement sur le climat avec Jean JOUZEL

Jeudi 8 octobre 2020

La Maison de l’Europe en Mayenne – Centre d’information Europe Direct a organisé, en association avec l’association Synergie, Jeudi 8 octobre dernier un évènement exceptionnel avec Jean JOUZEL, climatologue et glaciologue, sur le thème : « L’Europe, 1er continent climatiquement neutre en 2050. De l’Union européenne au local, comment agir ? »

Cette conférence, fut suivie d’une table ronde, en compagnie de Florian BERCAULT, Maire de Laval et Président de Laval Agglomération, Claire LEGRAND, animatrice de l’association Energie citoyenne en Pays de la Loire, Olivier RICHEFOU, Président du Conseil départemental de la Mayenne, Christophe DE SAINT JORES, responsable ADEME PDL, référent transition énergétique pour le département de la Mayenne et de la Sarthe, Mickael TRIDEAU, animateur Qualité et RSE de l’entreprise CER- France Mayenne-Sarthe, et d’Antoine VALPREMIT, Maire de Sacé, 1er Vice-Président de Mayenne Communauté, en charge de la stratégie du territoire.

Les échanges étaient animés par Jean-michel LOBRY, PDG de NEP et de Wéo, et ancien journaliste de Radio France et TF1.

Pour commencer, l’animateur a fait participer le public, via un jeu sur smartphone, pour les questionner sur le mot qui leur vient à l’esprit lorsque est abordée la question du changement climatique. Les mots qui sont le plus revenus étaient action, urgence, résilience, adaptation, risque, collapsologie.

Suite à ces réponses, laissant transparaitre une inquiétude quant au défi que représente le réchauffement planétaire, mais aussi une détermination quant au combat à mener pour le combattre, Jean Jouzel a pris la parole.

Michel FERRON, Président de la Maison de l’Europe en Mayenne, présente le rôle et les actions de la MEM 53.

Constat et conséquences

Le climatologue a ouvert sa conférence sur un constat : septembre 2020 fut le mois le plus chaud depuis 150 ans. Depuis la fin du 19ème siècle, nos émissions de gaz à effet de serre ont doublées. « Au cours des 20, 30 prochaines années, le climat est joué, ça ne changera pas, c’est trop tard. Mais si nous continuons sur ce rythme, à partir de 2050 les températures connaîtront une hausse de 3 à 5 degrés d’ici la fin du siècle. » prévient-il.

Un constat bien amer, étant donné que les conséquences d’un tel réchauffement seraient humainement couteuses. Augmentation des inégalités, insécurité alimentaire, sécheresses, mouvements de populations, risque d’accroissement des conflits.

De nombreuses régions côtières européennes se retrouveraient submergées, de façon temporaire ou permanente, notamment aux Pays-Bas ou au Danemark, mais aussi en France. Les risques de feu de forêt s’accentuaient, en Espagne, en Italie, et dans le Sud de la France.

N’ayant pas les moyens de partir de chez eux, les classes populaires seront les premiers touchés. L’injustice climatique se caractérise également par le fait que ce sont les revenus les plus élevés qui émettent le plus de gaz à effet de serres.

Impacts des différents sommets internationaux sur le climat

À la suite de cela, Jean Jouzel est revenu sur les différentes conventions sur le climat. La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de Rio de Janeiro (CCNUCC) en 1992, mais surtout le Protocole de Kyoto, signé en 1997, qui aurait pu avoir un impact fort, nous explique le climatologue, sans l’élection de George W. Bush à la présidence des États-Unis en 2000, qui refusa de ratifier l’accord, mais aussi l’ascension économique de la Chine, dont les émissions de gaz à effet de serres ont doublé dans les années 2000.

L’accord de Paris de 2015 enfin, est selon Jean Jouzel « un succès du fait de son universalité. Ce changement de nature, passant d’un objectif qualitatif à un objectif chiffré, serait très encourageant » poursuit le climatologue. Mais l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, et son choix de se retirer de l’accord, pourrait en être le fossoyeur alerte t’il. « Le Brésil, l’Australie et la Russie sont eux aussi sur le départ. La Chine en revanche, a annoncé sa neutralité carbone d’ici 2040, et Joe Biden, candidat démocrate à l’élection présidentielle américaine, propose la neutralité carbone des Etats-Unis d’ici 2050.»

Néanmoins, nous pouvons douter de la faisabilité de ces ambitions, explique Jean Jouzel.. En effet, il faudrait multiplier par 3 les engagements des pays signataires de la COP 21 sur 2020/ 2030 pour qu’ils concordent avec les objectifs.

Le climatologue invite également à être attentif au plan de relance européen : « Si la France investit 80 milliards dans la transition énergétique, mais 70 milliards dans le soutien aux énergies non durables émettrices en Co2, on aura perdu.»

De gauche à droite, Mickael TRIDEAU, Antoine VALPREMIT, Claire LEGRAND, Jean JAZEL, Olivier RICHEFOU, Florian BERCAULT, jeudi 8 octobre 2020

« Ce n’est pas si simple de diviser par deux sa consommation énergétique. La difficulté étant de tous regarder dans la même direction. »

Pour le glaciologue, la lutte contre le réchauffement climatique n’est pas un suicide économique, bien au contraire. « L’Union Européenne est en train de prendre le leadership dans la lutte climatique. Notre ambition, c’est d’être le premier continent neutre en 2050. L’efficacité énergétique doit être la clé. »

Jean Jouzel rappelle qu’il était membre du comité de gouvernance de la « Convention citoyenne pour la transition écologique », dont il estime les propositions « très raisonnables », mais « regrette son détricotage » par le gouvernement. « J’aurais voulu que chacune de ces propositions soit retenue, y compris celle sur la limitation à 110km/h, même si je sais que ça n’aurait pas plu à tous le monde. »

Passage à l’acte

La table ronde qui a suivi la conférence, faisant interagir Jean Jouzel avec différents acteurs mayennais engagés, fut l’occasion de parler des différentes pistes d’actions nécessaires pour effectuer la transition.

« L’Europe se doit d’aider l’Afrique à réaliser sa transition énergétique » pour Jean Jouzel, qui rappelle l’importance d’une réelle «solidarité» entre les Etats.

Julie Pinçon, co-présidante de Synergies, a exprimé son optimisme : « Je crois en la rencontre humaine, à l’échange entre les gens. C’est comme cela qu’on arrive a créer un nouveau monde.»

« En Mayenne, on va réussir le pari des 100 éoliennes » affirme Olivier RICHEFOU, Président du Conseil départemental de la Mayenne, annonçant son ambition de faire de la Mayenne le « premier département bas carbone de France ! »

« Il y a un véritable vent citoyen » selon Claire LEGRAND, animatrice de l’association Energie citoyenne en Pays de la Loire, qui revendique « 7000 citoyens engagés ! »

« Pour concilier fin du mois et fin du monde, il faut que cet élan vienne des citoyens », rappelle Jean Jouzel. Interrogé sur ses conseils à la jeunesse, il répond : « Informez-vous. Faites un métier qui vous passionne »

« Nous sommes au pied du mur. » conclu-t’il.