Justine, SVE en Moldavie pendant 11 mois

Justine est partie 11 mois de juillet 2017 à mai 2018 en Service Volontaire Européen en Moldavie avec la Maison de l’Europe.

Voici un extrait de son témoignage:

« J’étais volontaire à Casa Providentei, une association s’occupant de personnes âgées dans le besoin. Casa Providentei est une fondation de bienfaisance. Ils accueillent environ 120 personnes chaque midi où je servais les repas (soupe, plat, dessert). L’après-midi consistait à faire toutes sortes d’activités avec eux afin de les faire sortir de leur quotidien souvent un peu triste. Nous avions aussi environ 50 paquets toutes les deux semaines à faire (produits ménagers, alimentaires, d’hygiène) afin de les distribuer à travers la ville pour les personnes ne pouvant pas se déplacer jusqu’à nous. Et le lundi matin, c’était épluchage de patates !
Nous faisions aussi des activités manuelles, des sorties et je donnais également des leçons de français une fois par semaine. Nous avions également préparé et fêté les événements tels que Noël ou Pâques par exemple.
Je pense que la Moldavie comporte la plus grande communauté de volontaires. C’est impressionnant, nous étions au moins une trentaine, dont au moins 25 à Chisinau. Je pense que cela a été une des choses les plus importantes pour moi. Étant donné que vous partez loin de tous vos proches, avoir des gens sur qui compter ici est important. Nous sommes comme une grande famille, les relations ici se créent beaucoup plus rapidement et puissance 100. Dans tous mes coups durs ici j’ai pu compter sur les autres volontaires pour me remonter le moral.
Le training « d’arrivée » en septembre:
Le training en Ukraine a été l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes ou d’apprendre à connaitre ceux que je connaissais vaguement. Les trainings sont aussi un bon moyen de partager les expériences de chacun et c’est très enrichissant ! Les professionnels qui nous accompagnent durant les trainings nous aident à comprendre comment évoluer correctement et sont très à l’écoute des problèmes que l’on peut rencontrer. Les trainings sont faits de jeux, de partage et de discussions et d’informations utiles (tel que le youthpass par exemple). Et ils permettent bien entendu de voyager car j’ai du me déplacer en Ukraine pour chacun d’entre eux.
Vivre dans un pays qui n’est pas le nôtre paraît parfois bien compliqué. J’ai eu du mal à me faire aux coutumes et habitudes de ce pays. La condition de la femme en Moldavie n’est pas la même que dans les pays un peu plus «évolué » et cela a été un de mes plus grand choc ! Mais tout cela m’a appris à grandir, j’ai beaucoup évolué et j’ai appris à me contenter de peu, ou du moins de ce que j’avais et j’ai également pris conscience de la chance que j’avais de vivre en France.
En conclusion, je pars le cœur lourd et léger à la fois de la Moldavie, et je pars un mois plus tôt pour rester en bon terme avec elle. Un an peut être très court et très long à la fois, en effet c’est passé très vite globalement, mais les aléas de la vie ont fait que la fin commence à être très difficile. Pour résumer, il faut bien choisir la durée de son SVE, y penser sérieusement et se rendre compte que les gens dans notre pays d’origine pourront nous manquer beaucoup plus que prévu. Se préparer également au dépaysement et la culture totalement différente du pays qui nous attend. Mais je souhaite cette expérience à tout le monde, elle m’a faite grandir, mûrir, dépasser mes limites, sortir de ma zone de confort, et enfin, me rendre aussi utile que je le souhaitais en partant de France. J’ai également beaucoup voyagé, chose que je ne ferai probablement pas deux fois dans ma vie. »
Justine R. 24 ans.